13 Sep, 2017

#6 Un bad buzz écrit en Capital…

la matinale capitalVous avez peut-être suivi l’affaire ces deux dernières semaines…

Le magazine Capital qui publie fin août dans son nouveau numéro un article sur les startups « made in France » qui ont (enfin) acquis selon lui un statut international.
http://www.capital.fr/entreprises-marches/devialet-actility-algolia-nos-start-up-sont-enfin-pretes-a-jouer-dans-la-cour-des-grands-1241363

Avec cette photo-ci :

Le cliché parfait du « startuper » ? Bogoss, en jeans et chemise blanche, le regard fixé vers l’horizon… sur fond de Tour Eiffel bien parisienne.

Heu, ils n’ont pas pensé chez Capital que cette image risquait d’en énerver certains ? Et surtout certainEs ??

C’est simple donc : startup = homme + Paris. Enfin, surtout homme.

Pas très malin tout ça.

 

Forcément, les réactions indignées se sont multipliées sur les réseaux sociaux…

 

Et du coup, 3 jours après, sortait chez Challenges (tiens, le concurrent…) un article-manifeste avec cette photo-ci en guise de réponse :
https://www.challenges.fr/start-up/apres-la-photo-de-capital-le-coup-de-gueule-des-creatrices-de-start-up_497204

 

Que faut-il en retenir ?

Je ne reviendrai pas ici sur la polémique soulevée par un sujet manifestement « genré », ou pour le moins traité de manière très maladroite de ce point de vue-là.

Ce n’est pas mon propos.

[Et d’ailleurs à mon avis, la plupart des personnes ayant réagi de manière négative sur les réseaux sociaux l’ont fait sans même aller lire l’article de Capital…]

 

Mais il y a eu cette PHOTO.

Qui a offensé – en France – beaucoup de femmes, entrepreneuses ou pas, en ne montrant pas selon elles la réalité économique et sociétale d’aujourd’hui.

Et qui d’ailleurs continue à faire des vagues sur les réseaux…

Le genre d’image qui énerve AUTANT que cette photo de Donald Trump dans le bureau ovale, entouré de 7 hommes, signant un décret anti-IVG, et qui avait là aussi déchaîné les passions aux États-Unis en janvier 2017.

 

La leçon du jour ?

Il est trop tôt pour savoir si cette vilaine affaire aura ou pas des répercussions sur les ventes du numéro de septembre de Capital.

N’empêche, on peut imaginer que le « capital sympathie » du journal risque d’en prendre un sale coup auprès de son lectorat féminin (a minima).

Il y a des bad buzz bien plus graves certes, je vous l’accorde.

Mais celui-ci me semble vraiment significatif de l’impact qu’ont aujourd’hui les images sur le web…

 

Sur le web aujourd’hui, l’image prime sur TOUT.

Même si votre contenu est intéressant.
Même si votre produit est génial.

Si le visuel qui l’accompagne est moche, maladroit ou pouvant porter à polémique, l’impact sera négatif.

Et c’est toute votre communication qui en pâtira.

L’image est lue instantanément par notre cerveau, qui l’interprète tout aussi vite.
Et ce sont nos émotions qui s’expriment alors, pas la raison…

 

Vous devez être extrêmement attentif à ce que vous publiez.

En tant que MARQUE, en tant que PROFESSIONNEL, vos images doivent vous représenter avec mesure et intelligence.

Un propos ou un discours peuvent être ruinés en une seconde à cause d’un mauvais choix de photo !

Mais ce n’est pas VOTRE métier de bien savoir communiquer sur le web.

C’est le MIEN.

Je vous disais il y a 2 jours que les réseaux sociaux sont des endroits où l’on trouve de l’information (voir La Matinale #5)

Ils sont aussi de formidables caisses de résonance pour toutes nos émotions.

Il est important de savoir cela, afin de contrôler son image de marque.
Car on le voit, une (grosse) bêtise est vite arrivée…

Alors ne prenez pas ce risque !

 

Vous voulez MAITRISER votre présence digitale ?
Vous voulez vous DEVELOPPER grâce au web ?

[Contactez-moi !]

 

A très vite !


Valérie Bernard-Demyttenaere

Fondatrice de Gimme Social Web

Inscrivez-vous à la newsletter !

Voulez-vous recevoir régulièrement des conseils GRATUITS pour améliorer votre visibilité sur le web ?

Vous aimerez lire aussi...

Trackback URL: http://www.gimmesocialweb.fr/6-bad-buzz-ecrit-capital/trackback/

Leave a comment:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *